Image
Accueil » Conseils » Digestif » Le système digestif du cheval

Le système digestif du cheval

Le système digestif du cheval

Comment fonctionne le système digestif chez le cheval ?

La digestion a pour but de transformer les aliments de façon à les rendre assimilables et utilisables par l’organisme via un processus complexe.

Le système digestif du cheval est simple mais extrêmement délicat et sensible,  le cheval n’est pas un ruminant, son estomac est donc différent de celui de la vache: c’est un herbivore monogastrique c’est-à-dire qu’il possède un seul estomac.

Il faut savoir que le système digestif du cheval n’est jamais vide. Le cheval possède un tube digestif plus proche de celui des rongeurs que de celui des herbivores: son système digestif est très fragile et très sensible.

  • Les lèvres sont très sensibles chez le cheval, elles sont munies de poils tactiles qui leurs permettent  de trier les aliments.
  • Chez le cheval, les dents poussent en continu. Une consultation chez le dentiste doit avoir lieu 1 fois par an, au minimum 1 fois tous les deux ans.
  • L’œsophage permet de guider le bol alimentaire vers l’estomac, il est composé de fibres musculaires.
  • Ensuite les aliments arrivent dans l’intestin grêle où a lieu la digestion enzymatique. L’intestin grêle a une longueur moyenne 22 mètres et les aliments y restent 1 à 2h.
  • Le caecum et le côlon sont la plus grande partie du système digestif. La nourriture passe dans le gros intestin et y reste en moyenne 30h.
  • Enfin, l’élimination des déchets alimentaires se fera à travers la formation de crottin.

Le cheval ne peut pas vomir, en revanche il produit de la bile, c’est pour cela qu’il est très important de les nourrir en petite quantité et régulièrement.

Et en plus détaillé, ça donne quoi ?

  • La bouche permet donc la mastication, permettant un fin broyage des aliments. 1 kg de foin est mangé en 40 min pour le cheval, soit 3000 coups de mâchoires. En revanche pour 1 kg de granulés, cela mettra 10 minutes soit 1000 coups de mâchoires.
  • La bouche contient de la salive, qui facilite le passage des aliments dans l’oesophage. De pH basique, elle permet de limiter l’acidité gastrique. Ainsi, pour 1 kg de foin le cheval produit 4 litres de salive, et pour 1 kg de granulés il produit 2 litres de salive. Le cheval peut produire 40 litres de salive par minute.
    D’où l’importance de faire contrôler ses dents par un dentiste et de lui apporter une quantité et une qualité de nourriture adaptées.
  • Une fois l’aliment ingéré, il rejoint l’oesophage (d’une longueur de 130 cm de long) avant d’arriver jusqu’à l’estomac.
    Pour faciliter le transport du bol alimentaire de la bouche à l’oesophage, il est conseillé de laisser de l’eau à disposition pour votre cheval.
  • Une fois les aliments dans l’estomac (dont le volume est de 18 litres environ), une partie y reste pendant 2 heures et l’autre partie, durant 5 heures. Cette durée correspond au temps nécessaire pour que le transit se fasse. L’estomac permet en effet de réguler le transit du bol alimentaire avant son arrivée dans l’intestin grêle.
  • L’intestin grêle a un volume de 70 litres et une longueur de 22 mètres. Il permet la digestion enzymatique. La durée moyenne du transit est de 4h.
    Celui permet la digestion des glucides des lipides, des protéines, l’absorption des minéraux et des vitamines. Le changement d’aliment doit se faire progressivement sur une semaine par exemple.
  • Les résidus enzymatiques alimentaires arrivent ensuite dans le colon, qui présente un volume de 96 litres et une longueur de 6 mètres environ.
  • Le caecum : est la première partie du gros intestin. Sa longueur est de 1 m 20 avec un volume de 30 litres environ, pour une durée moyenne du transit de 24 heures. Le cheval à une flore microbienne très active qui fermente le contenu digestif n’ayant pas été digéré dans l’intestin grêle. Le cheval produit alors des acides gras volatils qui sont une source importante d’énergie. Il produit aussi des protéines microbiennes non assimilables en nature et qui se dégradent alors sous forme d’ammoniac, déchet toxique. Cette fermentation permet la production de vitamines K et B. Il faut savoir que l’absorption d’eau permet la formation des crottins qui sont expulsés par le rectum.

Le cheval doit avoir du foin à volonté et ses repas doivent être distribués progressivement sous forme de petites portions tout au long de la journée.

Pour faire simple :

  • Etape 1 : la bouche du cheval permet une mastication très efficace
  • Etape 2 : l’estomac d’une taille réduite, présente un transit rapide et une flore productrice d’acide lactique abondante
  • Etape 3 : dans l’intestin grêle a lieu la digestion enzymatique, elle est brève mais intense
  • Etape 4 : le gros intestin est très développé avec une action prolongée de la flore cellulolytique
  • Etape 5 : la durée moyenne du transit est de 30 heures

 Petit conseil :

  • Ne pas changer d’alimentation du jour au lendemain (risque de fourbure, de colique, d’effondrement du système immunitaire)

Des maladies telles que la stomatite, la gingivite, et l’ulcération buccale peuvent toutes être facilement évitées.

Nos préconisations :

  • AVIS VÉTÉRINAIRE OBLIGATOIRE
  • L’aloe vera peut se révéler très bénéfique pour aider les affections du système digestif, en particulier en cas d’inflammation.
    Les préparations les plus utiles pour une utilisation buccale sont celles les produits sous forme spray comme la Formule Animale et la gelée d’aloe vera .

Autres conseils